Cinéma : quand Israël occupe les écrans – JeuneAfrique.com

Synonymes © SBS distribution

Malgré les tentatives d’intimidation de la ministre de la Culture, le fonds public israélien consacré au septième art continue de financer des films (très) critiques à l’égard de l’État hébreu.

«Un artiste doit parfois mordre la main qui lui donne à manger », disait Nadav Lapid dans une interview récente. Ce réalisateur, lauréat de l’Ours d’or à la Berlinale pour son film Synonymes est en effet en total désaccord avec le ministère israélien de la Culture, et en particulier avec la ministre d’extrême droite qui le dirige. Et pourtant, tous ses films ont été financés en partie par le Fonds du cinéma israélien, qui a jusqu’ici réussi à résister aux pressions gouvernementales même s’il dépend d’un financement public.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n’êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d’aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l’ensemble des articles sur le site et l’application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l’application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d’archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l’offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Cet article est apparu en premier sur JEUNE AFRIQUE