LRM prépare déjà le financement de la campagne présidentielle de Macron en 2022

Cotisation des parlementaires, achat d’un siège, augmentation des dons… La République en marche a défini une stratégie de long terme pour diversifier les sources de revenus du parti présidentiel.

Par Alexandre Lemarié Publié aujourd’hui à 06h15, mis à jour à 06h37

Temps de Lecture 6 min.

Article réservé aux abonnés

La présidentielle de 2022 ? Officiellement, Emmanuel Macron n’en parle « jamais », a assuré son ancien conseiller Ismaël Emelien, le 27 mars, sur BFM-TV. En coulisses, le chef de l’Etat a pourtant chargé ses troupes de bâtir une stratégie de financement sur le long terme, afin d’avoir les moyens nécessaires pour mener campagne le moment venu.

« Le président ne le dira jamais en public. Mais il ne pense qu’à 2022. C’est son moteur, affirme l’un de ses conseillers. Toute la stratégie est focalisée sur cet objectif ultime. » Aussi bien sur le plan politique que financier.

Au sein de La République en marche (LRM), une poignée de membres de la direction ont pour mission de transformer le parti en une vraie machine électorale, disposant de larges ressources, afin d’aborder en position de force les prochaines échéances, que ce soit les municipales en 2020, les départementales et les régionales l’année suivante, et surtout… le prochain scrutin élyséen.

« Faire rentrer de l’argent »

Parmi eux figurent le délégué général, Stanislas Guerini, qui fait figure de décisionnaire ; son adjoint, Pierre Person ; le trésorier, Grégoire Potton, qui veille sur l’ensemble de la comptabilité ; et le député (LRM) de la Haute-Vienne, Jean-Baptiste Djebbari, responsable de la stratégie de financement. Ce quatuor travaille en lien avec quelques responsables administratifs du parti.

Leur priorité ? « Faire rentrer de l’argent. Avec la volonté de solidifier et diversifier les sources de revenus pour ne plus seulement dépendre du financement de l’Etat », résume l’un d’eux.

« Comme tout parti politique, LRM a pour objectif d’être en mesure de financer sa future campagne présidentielle », confirme M. Djebbari. Pour l’instant, la formation dispose d’un budget de près de 23,5 millions d’euros par an, qui repose quasi exclusivement sur la dotation publique. En 2018, elle a reçu 22,5 millions – soit un pactole de plus de 100 millions sur la mandature – grâce à ses bons résultats aux législatives de juin 2017. Une somme conséquente, qui en fait le parti le plus riche de France. Celui-ci n’étant pas endetté du fait de sa jeunesse contrairement à d’autres formations, comme Les Républicains (LR) ou le Rassemblement national (RN).

« Individualisme » de certains députés

Pour autant, les dirigeants macronistes ont coutume de relativiser leur puissance financière, soulignant ne pouvoir compter que sur les aides de l’Etat. Ou presque. Le volume des dons s’élevant « seulement » à près de 1 million d’euros, en 2018. « On a moins d’argent que le Parti socialiste en 2012 », observait Christophe Castaner lorsqu’il était à la tête du mouvement, en soulignant qu’à la différence du PS, LRM n’est pas propriétaire de son siège, et ne fait cotiser ni ses élus ni ses adhérents.

Cet article est apparu en premier sur https://www.lemonde.fr/politique/article/2019/04/09/lrm-prepare-deja-le-financement-de-la-campagne-presidentielle-de-macron-en-2022_5447663_823448.html