Affaire Santullo : le Gabon fait appel à une armada d’avocats – JeuneAfrique.com

Des gardes postés devant les bâtiments du gouvernement à Libreville, le 6 septembre 2016. © STR/AP/SIPA

Afin de préparer sa défense dans l’affaire qui l’oppose au Groupement Santullo Sericom, l’État gabonais a fait appel à différents avocats et spécialistes d’un prestigieux cabinet. Ils travaillent tous avec la directrice générale de l’Agence judiciaire de l’État.

Opposé au Groupement Santullo Sericom devant la cour d’arbitrage de la Chambre de commerce internationale à Paris pour des impayés dans des contrats litigieux, l’État gabonais n’a pas regardé à la dépense. Alors que le Groupement Santullo est notamment représenté par Me Ana Atallah et Me Sandra Chambrier (sœur de l’opposant Alexandre Barro-Chambrier), il est défendu par quatre avocats du cabinet KGA (Georges Arama, Pascal Ithurbide, Gabrielle Olivier, Pierre Le Breton), ainsi que par trois spécialistes du prestigieux cabinet Linklaters (Arnaud de la Cotardière, Roland Ziadé et Alexandre Kiabski).

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n’êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d’aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l’ensemble des articles sur le site et l’application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l’application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d’archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l’offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Cet article est apparu en premier sur JEUNE AFRIQUE