Duel au stade olympique pour la présidentielle en Ukraine

Le président ukrainien Petro Porochenko (à gauche) et son rival à l'élection présidentielle Volodymyr Zelensky (à droite) effectuant une prise de sang afin de dépister l'alcool et la drogue, avant leur débat d'entre-deux-tours, le 5 avril 2019.
Le président ukrainien Petro Porochenko (à gauche) et son rival à l’élection présidentielle Volodymyr Zelensky (à droite) effectuant une prise de sang afin de dépister l’alcool et la drogue, avant leur débat d’entre-deux-tours, le 5 avril 2019. (SERGEI SUPINSKY / AFP)

Imaginez que le débat de l’entre deux tours de la dernière présidentielle en France, entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, ait eu lieu au Stade de France, en public, devant 80 000 personnes. Comme un match de boxe ou un combat de gladiateurs. C’est exactement ce qui se dessine en Ukraine, dans une campagne surréaliste, à maintenant deux semaines du second tour de la présidentielle, prévu le 21 avril. Après être arrivé largement en tête au premier tour, le candidat surprise Volodymyr Zelensky, comédien de son état, a publié mercredi 3 avril un clip vidéo étonnant tourné dans le stade olympique de Kiev, la capitale. Dans un style “rouleur de mécaniques”, il mettait au défi son adversaire, le président sortant Petro Porochenko, de venir l’affronter en débat, dans le stade devant 70 000 personnes et les caméras de toutes les chaînes de télévision. Le lendemain, jeudi 4 avril, Porochenko a répondu, lui aussi par vidéo interposée : ok, allons-y. Avant de défier à son tour Zelensky, facon cow-boy : “Rejoins-moi au stade demain matin (donc vendredi 5 avril), pour te soumettre, avant le débat, à des analyses anti-dopage“.

Porochenko, le président sortant, est effectivement allé au stade ce vendredi 5 avril, pour se prêter à un prélèvement d’urine et de cheveux. Zelensky lui, n’est pas venu. Mais il est allé faire les mêmes examens dans une clinique privée. Il faut dire que les deux hommes s’accusent mutuellement de boire un peu trop. On attend les résultats des examens. Et maintenant, les Ukrainiens attendent la date du débat. En sachant que les concessionnaires du stade, eux, sont d’accord sur le principe, mais à condition d’être payés. Tout cela est absolument sans précédent nulle part au monde : la politique spectacle à son paroxysme.

Il faut dire que Zelensky est un comédien, un comique même. Au départ, sa candidature est un gag, un peu comme Coluche en France il y a près de 40 ans. Zelensky doit sa notoriété au fait qu’il incarne, dans une série télévisée, un modeste enseignant devenu pésident de la République. Et il s’est pris au jeu. Il a déposé sa candidature pour de vrai. Et ça a décollé. Il n’a tenu aucun meeting politique, il se contente de stand-up comiques avec sa “Ligue du rire”. Et nul ne sait exactement quel est son programme. Ni en matière économique, il propose à la fois de privatiser des entreprises et d’augmenter les salaires, ni sur le sujet emblématique du Donbass, cette région de l’est du pays en partie contrôlée par des forces pro-russes. Du coup il est soupçonné par son adversaire d’être favorable à Moscou.

Zelensky partira quand même grand favori du scrutin dans deux semaines. Au premier tour il est arrivé en tête dans 20 des 25 régions d’Ukraine. Et il apparaît aux yeux de nombreux Ukrainiens comme un homme neuf, plus à même de lutter contre la corruption des élites. Mais beaucoup de choses se joueront peut-être lors de ce face-à-face surréaliste annoncé au stade olympique de Kiev.

Cet article est apparu en premier sur https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/un-monde-d-avance/duel-au-stade-olympique-pour-la-presidentielle-en-ukraine_3244679.html